International

Néonazi, homosexuel et d’origine juive, il claque la porte de l’extrême-droite

Written by Bridgeward

« C’est un poids trop lourd ». Après quarante ans passés dans les rangs de différents groupuscules extrémistes, Kevin Wilshaw tourne le dos au suprématisme blanc et à l’extrême-droite. C’est dans un long entretien à la chaîne de télévision anglaise Channel 4 qu’il raconte son histoire, vouée aux idéologies racistes et homophobes.

Fils d’un sympathisant d’extrême droite, il se découvre un attrait pour le nazisme dès ses 11 ans. Il ira jusqu’à placarder des croix gammées aux murs de sa chambre, ou exhiber des bustes sculptés d’Hitler. Il rejoint alors des groupes minoritaires de suprématistes blancs, basculant toujours un peu plus dans l’activisme raciste et homophobe.

À lire aussi


Des touristes en roue libre dans les airs lors d'une foire vieille de 700 ans

Angleterre

About the author

Bridgeward